Les Détours de Babel accueillent 230 artistes du monde entier

Par Annabel Brot

publié le 1 mars 2023

Article

Culture

La chanteuse danseuse conteuse sud-africaine Pilani Bubu

Musiques du monde, jazz et musiques nouvelles sont à l’honneur du 14 mars au 10 avril avec les Détours de Babel qui accueillent 230 artistes venus du monde entier.

Arrivés en octobre 2022 à la direction du CIMN (Centre International des Musiques Nomades) qui organise le festival, Joséphine Grollemund et Pierre-Henri Frappat nous promettent «une édition de transition qui conserve les points forts : croiser les esthétiques en privilégiant création, découverte et plaisir partagé, tout en intégrant des nouveautés qui préfigurent l’évolution des prochaines années».

Parmi la centaine de rendez-vous à l’affiche, on retrouve les incontournables brunchs du dimanche quartier Alma/ Très-Cloîtres, à Fort Barraux mais aussi pour la première fois au parc Bachelard, tandis qu’un week-end De Bas en Haut propose de naviguer entre le Musée dauphinois et le Théâtre Sainte-Marie-d’en-Bas.

De nouveaux formats voient le jour pour toucher d’autres publics, comme Babel Solo, moments intimistes autour d’une oeuvre inédite, Babelino, spectacles dédiés aux plus jeunes (y compris les tout-petits !), ou encore Babel Kawa, café-rencontre le lundi matin pour découvrir le programme de la semaine.

Sonorités de l’exil

Le festival met en avant la création, avec une quinzaine de concerts donnés par « de jeunes artistes qu’on accompagne et qui ont une identité très forte ». On découvre aussi cette année «beaucoup de musiques portées par des diasporas, qui montrent comment l’exil a pu donner naissance à de nouvelles sonorités…».

Par exemple Bengue, qui tisse des liens entre jazz et musique africaine, ou Kaldun, une composition métissée inspirée des musiques traditionnelles kanak, des rythmes berbères et des chants révolutionnaires du XIXe siècle à Paris.

Infos pratiques