Un Parcours des Arts sur le thème du blanc

Par Julie Fontana

publié le 1 mars 2023

Article

Patrimoine et Histoire

Parcours des arts : visite de trois galeries d'art, entrecoupée de l'histoire de Grenoble, quartier des Antiquaires, place de Verdun et rue Hébert.

© Auriane Poillet

Sommaire

Le Parcours des Arts, porté par l'association Symp'Art, c'est cette proposition de découvrir de 30 ateliers et galeries d'art et d'artisanat des quartiers Antiquaires, Mutualité, Très-Cloîtres, Brocherie et Saint-Laurent. Un samedi par mois, une visite guidée thématique est proposée gratuitement, alliant art et patrimoine grenoblois

C'est le thème du Blanc qui a honoré la visite guidée du Parcours des Arts ce mois de janvier, avec un titre à propos : Le Froid, c'est Blanc. Samedi 28 janvier au matin, le rendez-vous est donné au 2, rue Raoul-Blanchard.

Ici, se trouve l'un des trois lieux du parcours du jour, la vitrine Artmixe. Caroline Roussel, guide-conférencière et passionnée du travail des artistes, embarque la quinzaine de visiteurs.

Les artistes adhérents de cet espace se sont emparés du thème avec différentes propositions aux techniques mixtes, accrochées aux murs : collage de pétales d'orchidées, porcelaine, papier, photogravure...

Auriane Poillet

Quand l'art et le patrimoine font alliance

La visite se poursuit avec un passage devant l'école Stendhal. L'occasion pour Caroline Roussel d'évoquer l'écrivain né en 1783 à Grenoble, et son goût pour le dessin qui a germé dans cette école centrale. «Stendhal raconte qu'au dernier étage, de sa salle de classe, il voit les montagnes sous un autre angle, et va se mettre à dessiner...», explique-t-elle.

Auriane Poillet

Puis, alors que le petit groupe s'arrête place de Verdun, la guide-conférencière invite à considérer la pierre blanche qui compose les bâtiments alentour : la pierre albâtre, «notre albâtre de l'Isère que les rois de France faisaient venir pour leur tombeau».

Le focus vient se poser ensuite sur la tour Perret, dont le sommet pointe par dessus le toit de l'hôtel de la Préfecture : un rappel de la houille blanche, l'hydroélectricité mise en œuvre par Aristide Bergès, célébrité de notre département.

Auriane Poillet

C'est au tour de la galerie Hébert d'être visitée : une galerie d'art professionnelle, dans la rue du même nom, où une exposition d'art-thérapie est présentée.

Les trois peintres et dessinateurs sont des patients de la clinique psychiatrique de Munich. Alors que le thème donné aux trois artistes est le blanc, ce sont de couleurs vives qui sautent aux yeux des visiteurs.

Les interrogations fusent : pourquoi tant de couleurs sur le thème du blanc ? Le blanc, est-il un silence qui fait peur et donne envie de remplir la toile de couleurs ? Quelle différence entre le fait de laisser du blanc sur la toile et le fait de l'apposer ?

Deux artistes engagé-es prennent la mer

La galerie artSème conclut le parcours. Les œuvres de deux artistes de la région grenobloise y sont accrochées. Gérard Brun, avec l'exposition Poissons anadromes – l'art plastique, sensibilise sur les déchets plastiques qui se retrouvent dans les mers et océans. Les poissons en effigie sur les murs sont réalisés à partir de déchets marins.

Il explique : «Notre civilisation déverse dans la nature et les océans une masse estimée à plus de 2 milliards de tonnes de déchets par an. Une partie de ces déchets est ingérée par les poissons et mammifères marins, les blessant ou les détruisant. Ils viennent également s'échouer sur les côtes au gré des courants et marées. Mon projet est de sensibiliser l'ensemble des publics en utilisant l'art comme média.»

Face aux poissons «sous plastique», se trouve l'exposition d'Alissa Petit, gérante de la galerie. Une plongée marine au cœur des vagues, particulièrement agitées au début de la série, puis de plus en plus apaisées à mesure que les toiles défilent. Comme si la peinture s'était calmée avec l'artiste elle-même en cours de création...

à lire en complément