Cimetières : la biodiversité investit des lieux insoupçonnés

Par Auriane Poillet

publié le 3 mai 2023

Article

Environnement

© Alain Fischer

Les cimetières Saint-Roch et Grand Sablon comptent à eux deux 20 hectares de surface. Calmes et peu dégradés, ce sont des lieux intéressants pour la flore et la faune. Le service Nature en ville travaille à un nouveau plan de gestion pour agir en faveur de la biodiversité.

Lieux calmes et lieux de fraîcheur, ces deux cimetières comptent près de 600 arbres et sont propices au développement de la biodiversité. Le fait que ces lieux soient le deuxième site après la Bastille où les papillons sont le plus présents montre bien leur potentiel. On y trouve des espèces comme le Vulcain ou l'Azuré porte-queue.

Faire encore plus

Depuis 2012 déjà, plus aucun produit phytosanitaire n'y est utilisé. Pour aller plus loin, le service Nature en ville, qui s'occupe de la gestion des parties communes et du carré militaire (l'entretien des concessions est à la charge des propriétaires), entreprend la conception d'un nouveau plan de gestion de ces espaces. Un état des lieux des cimetières va être réalisé dans un premier temps pour imaginer des axes d'action. Les allées et les parties communes seront végétalisées au maximum.

L'entretien des espaces verts ne sera plus systématique mais adapté aux besoins. Et les végétaux plantés seront choisis pour leur potentiel d'attractivité pour la faune, surtout pour les espèces pollinisatrices.

Vous avez dit faune ?

Elle est composée de papillons, d'oiseaux, ou encore de lapins mais aussi de moustiques. L'occasion de rappeler que du sable est mis à disposition des usager-es à l'entrée des cimetières pour en verser dans les coupelles des plantes. L'eau stagnante est propice à la reproduction de ces diptères.