Non au démantèlement de Grenoble Habitat

Par Groupe « Nouvel Air, socialistes et apparentés »

publié le 3 mai 2023

Article

Tribunes Politiques

Au terme d'une procédure de « vente aux enchères » menée dans le plus grand secret, la majorité municipale entend céder les parts détenues par la Ville de Grenoble au sein de Grenoble Habitat à une structure privée parisienne : Adestia. Depuis des mois, nous sommes mobilisés, aux côtés des salariés et des locataires, écoutant leurs inquiétudes, portant leurs interrogations et rappelant notre ferme opposition à ce qui s'apparente à un démantèlement de Grenoble Habitat, dans le seul but d'équilibrer le budget municipal.

Rompant une nouvelle fois avec ses promesses de campagne, la majorité municipale engage la dissolution de Grenoble Habitat, aujourd'hui à majorité et à gestion publique locale, et veut confier à un actionnaire privé l'avenir du logement social dans notre ville. Les élus locaux, qui seront minoritaires au sein du futur Conseil d'administration, n'auront plus la maîtrise de cet outil historique du logement social, avec des décisions qui seront désormais prises à Paris. Tout cela, aura malheureusement un impact sur la planification de constructions de logements sur notre territoire et la qualité des services rendus aux locataires.

D'autres choix étaient possibles : la Métropole avait proposé de recapitaliser Grenoble Habitat, pour renforcer la position majoritaire des collectivités tout en augmentant les moyens d'action. La majorité municipale a fait le choix de ne pas donner suite à cette proposition.

Les Grenobloises et les Grenoblois avaient déjà eu à subir un plan d'austérité sur les services publics et les associations, le recours massif à l'emprunt ainsi que la hausse sans précédent et inconsidérée des impôts ; ils ont désormais droit, en prime, à la vente des bijoux de famille au détriment de la capacité d'action en matière de logement et de lien avec les locataires.

Alors, afin de défendre au mieux les intérêts des salariés et locataires de Grenoble Habitat, nous avons saisi le Préfet et le Maire d'un recours gracieux, et avons également saisi le Tribunal administratif pour faire suspendre, en urgence, ces décisions. Quelle que soit la décision de la justice, nous invitons le Maire à revenir à la table, à renouer le dialogue avec la Métropole, dans l'intérêt de notre territoire, de ses habitants, des locataires du parc social et des salariés de Grenoble Habitat.

Cécile CENATIEMPO, Romain GENTIL, Hassen BOUZEGHOUB

Pour nous contacter : groupe.nasa@grenoble.fr