Eau de Grenoble : surveillée comme le lait sur le feu

Par Auriane Poillet

publié le 1 sept. 2023

Article

Urbanisme

La fontaine du lion et du serpent, place de la Cimaise, a été rénovée récemment.

© Auriane Poillet

L’humanité en prend conscience chaque jour : l’eau est une ressource précieuse de notre planète. Des leviers d’action existent à l’échelle locale. À Grenoble, pour prévenir les épisodes de sécheresse, tout est mis en œuvre pour préserver l’eau au maximum.

Si elle est principalement gérée par les Eaux de Grenoble-Alpes, la Ville a en charge les fontaines et autres bornes qui utilisent de l'eau et son réseau dès que le compteur d'eau se trouve à proximité de ce mobilier. Elle gère aussi les lacs urbains des parcs Jean-Verlhac, Georges-Pompidou et Champs-Élysées (Bachelard), ainsi que l'eau de ses piscines, toutes régulièrement vidangées.

Eaux à réemployer

En 2022, après sa fermeture, un bassin de la piscine Jean-Bron avait fait l'objet d'une expérimentation visant à réemployer son eau. Un travail de coordination avait permis au service municipal de Propreté urbaine de remplir ses balayeuses pour nettoyer les places de marché et au service Nature en ville d'arroser les plantes qui en ont besoin.

L'opération se réitère avec une nouveauté : une bâche à eau qui permet de stocker l'eau sur le terrain de beach-volley. Son réemploi pourra ainsi s'étendre sur une plus longue durée. Cette bâche se présente comme un matelas gonflable géant, une sorte de citerne molle, et peut donc être pliée et déplacée. Cette solution pourrait être utilisée lors des vidanges des bassins de parc. Une réflexion est en cours sur les lieux de stockage.

Cadres de vie en réinvention

Le potentiel des eaux pluviales est surveillé de près. À chaque projet d'aménagement, elles sont déconnectées des réseaux pour que l'eau de ruissellement retourne dans la nappe phréatique.

Pour chaque revêtement de sol, le matériau est choisi pour sa porosité et la végétalisation est privilégiée dès que possible. Des bacs de récupération d'eaux de pluie sont aussi installés lors des opérations de rénovation des bâtiments de la Ville.

Des toilettes sèches remplacent peu à peu les toilettes publiques traditionnelles. Au fil des ans, les fontaines ornementales de Grenoble, patrimoine vieillissant, sont rénovées pour limiter les fuites d'eau. Face aux épisodes de canicule qui se répètent, il est important de continuer à aller au contact de l'eau. Des projets de brumisation fixe (square Saint-Bruno, place Edmond-Arnaud...) ou mobile se multiplient pour allier fraîcheur et économies d'eau. 

Auriane Poillet