Une entreprise citoyenne pour épargner le climat

Par Julie Fontana

publié le 1 sept. 2023

Article

Economie

La Belle Électrique : 312 panneaux photovoltaïques sur 600m2, pour une production de 110 MWh, depuis 2020.

© Ville de Grenoble

Sommaire

L’entreprise Énerg’Y Citoyennes est une entreprise créée par des citoyen-nes souhaitant agir collectivement en faveur du climat. Depuis 2016, elle permet à chacun-e d'investir utilement son épargne dans la production d’énergie photovoltaïque. Sa spécialité : installer des panneaux solaires sur les bâtiments des propriétaires inspirés par la démarche.

L'histoire d'Énerg'Y Citoyennes, dans sa version grenobloise, a commencé en 2015. Cette année-là, lors de la grande fête populaire autour des alternatives organisée par le mouvement citoyen pour le climat Alternatiba, un appel à participation a été lancé lors d'une conférence. Son thème : les possibilités d'épargner son argent au service du climat.

L'une de ces propositions fut alors de créer une entreprise citoyenne d'énergie renouvelable. Plusieurs acteurs intéressés se sont ensuite réunis à l'initiative d'Enercoop Auvergne-Rhône-Alpes, un fournisseur d'électricité renouvelable.

«La première réunion d'information a rassemblé 60 personnes. 5 sont restées dans le projet, dont moi. J'ai alors hésité... puis j'ai décidé de persévérer. Pour la transition, c'est le territoire qui peut agir avec tous ses acteurs et toutes ses actrices, affirme Fabienne Mahrez, cofondatrice et vice-présidente de la société Énerg'Y Citoyennes. On a travaillé pendant un an et en septembre 2016, on a constitué la société par actions simplifiées avec la participation de l'Agence Locale de l'Énergie et du Climat, Enercoop et les services de la Métropole, qui fait partie des cofondateurs.»

À ce jour, Énerg'Y Citoyennes compte 462 associé-es dont 432 citoyen-nes, 13 collectivités territoriales, 9 personnes morales et 8 partenaires. Près des trois quarts du capital appartiennent ainsi aux citoyen-nes.

«Reprendre le pouvoir»

Fabienne Mahrez, cofondatrice et vice-présidente d'Énerg'Y Citoyennes : «Notre souhait ? Comment participer tous ensemble à la transition énergétique du territoire ? Habitant-es, entreprises, associations... En tant que citoyen-nes, comment agir autrement qu'avec nos petits gestes individuels (qui ont tout de même leur importance) ? Prendre conscience de ce qu'on peut faire de notre argent pour reprendre le pouvoir sur notre argent, qui, lorsqu'il est en banque a plus de chances de financer les énergies fossiles que les énergies renouvelables. L'idée est d'inscrire cette entreprise en tant qu'outil au service du territoire.»

Patrimoine et potentiel solaire

Aujourd'hui, 24 toitures « Énerg'Y Citoyennes » fonctionnent dans la métropole grenobloise, dont 7 à Grenoble – et bientôt 8. Si les 20 premières ont été réalisées sur des bâtiments appartenant à des collectivités territoriales, depuis 2022, d'autres types d'acteurs sont demandeurs, tels que des promoteurs immobiliers.

À Grenoble, les écoles élémentaires Clemenceau, Jean-Racine, Malherbe et Menon, la halle Balzac et la Belle Électrique sont déjà vêtues de panneaux photovoltaïques avec une gestion de projet menée par Énerg'Y Citoyennes. Bientôt, ce sera le tour de la future école Anne-Sylvestre (quartier Flaubert) et du Marché d'Intérêt National, dont la toiture représente un potentiel des plus prometteurs de la ville (ce dernier projet est encore à l'étude).

Auriane Poillet
École Jean-Racine : 200m2 de panneaux photovoltaïques ont été installés en deux phases.

Comment ça marche ?

Le capital d'Énerg'Y Citoyennes est constitué d'épargne : des parts sociales de 107 euros chacune. Lorsqu'une personne achète une ou plusieurs parts dans la société, celles-ci vont servir à financer des projets d'installation d'une centrale photovoltaïque sur le toit d'un propriétaire qui se porte volontaire pour le faire.

Énerg'Y Citoyennes devient alors locataire d'une partie du toit, s'occupe du financement et de la gestion du projet (calcul de la surface exploitable de 180 m2 minimum, recherche de l'entreprise qui viendra installer l'équipement, exploitation, entretien, etc.).

Si le propriétaire du bâtiment est une collectivité, les entreprises sont mises en concurrence également. Le financement : un quart du coût du projet est financé par l'épargne d'Énerg'Y Citoyennes, le reste est emprunté à la banque. Le retour sur investissement est réalisé grâce à la revente de l'électricité produite par les panneaux photovoltaïques (à GEG par exemple).

«Nos revenus, c'est la revente de l'électricité, pour rembourser nos emprunts», précise Fabienne Mahrez. La société citoyenne est donc locataire, investisseuse et exploitante. «L'entreprise agit sur le territoire en créant une valeur qui revient au territoire : c'est un circuit court de l'épargne au service du circuit court de l'énergie.»

Communauté énergétique

Actuellement, Énerg'Y Citoyennes fonctionne uniquement avec des bénévoles. L'un des objectifs est la professionnalisation de la structure, avec la création d'un premier emploi. «Le réseau recense environ 300 entreprises de ce type en France ; une dizaine seulement sont professionnalisées, faute de volumes d'activités suffisants», contextualise sa vice-présidente Fabienne Mahrez. Depuis juillet 2022, Énerg'Y Citoyennes dispose d'une nouvelle antenne : Énerg'Y Citoyennes Association. Cette structure favorise l'éducation en matière de sobriété énergétique dans les habitudes individuelles mais aussi collectives. Comment diminuer sa consommation et lutter contre la précarité énergétique ? Des animateurs-trices bénévoles sont force de proposition, informent et accompagnent les habitant-es qui le souhaitent sur ce sujet.

Auriane Poillet
École Anne-Sylvestre (Flaubert) et le Marché d’intérêt national : deux projets à venir.

Infos pratiques

à lire en complément