Skatepark du Pont des Sablons : un rêve devenu réalité

Par Frédéric Sougey

publié le 20 déc. 2023

Article

Sport

© Sylvain Frappat

Grâce à un chantier participatif qui a réuni au total une petite trentaine de personnes, l’installation sauvage qui se trouvait sous le Pont des Sablons, à l’extrémité est du Parc Paul-Mistral, a été transformée en une aire de pratique aux normes qui fait désormais le bonheur des skateurs et skateuses de l’agglomération grenobloise.

Le skateur Léo Poulet ne s'est finalement pas fait «tirer les oreilles». Et il est heureux que l'initiative lancée avec un ami il y a quelques années soit rentrée dans un cadre légal, avec un accompagnement de la Ville.

«Pour vous donner la version simple on voulait faire du skate, on avait repéré ce lieu et donc on a commencé à le bétonner puisque le sol ne roulait même pas à la base. Mais on n'avait demandé aucune autorisation donc c'était vraiment des petits travaux, un module par-ci, un autre module quelques mois plus tard par-là, en se demandant toujours quand ça allait être détruit.»

Face au manque d'infrastructures, l'accompagnement a été privilégié à la destruction, avec une mise en valeur et une sécurisation de l'installation. «La mairie a fini par rentrer en contact avec nous par le biais de l'association Alpine Skate Culture, qui venait pratiquer sur le lieu et qui nous connaissait bien. On nous a quand même fait comprendre qu'il ne fallait pas procéder de la sorte mais le fait que cela vienne d'une initiative citoyenne a été, je pense, un point apprécié. Et au final, c'est un rêve qui est devenu une réalité».

Dix jours de travaux

Le skatepark, qui avait des allures de chantier permanent, a dans un premier temps été sécurisé. Puis du matériel a été fourni et un chantier participatif mis en place. «Franck Queré et son équipe du service des chantiers participatifs ont été d'une aide incroyable. On nous a mis à disposition un camion plateau, une bétonnière, des brouettes. L'aide sur l'acheminement du matériel fourni a été considérable. Le chantier a duré une dizaine de jours. Nous étions cinq constamment et pour les trois sessions béton, toute la scène skate de Grenoble est venue nous aider et on s'est vite retrouvé-es à une petite trentaine.»

Des discussions pour une deuxième phase de travaux sont en cours. «On veut faire ça de manière évolutive, avec des petits chantiers au fur et à mesure ces prochaines semaines pour continuer à améliorer cet espace. Pour les skateurs et skateuses de Grenoble bien sûr, mais on a aussi créé du lien avec les habitant-es proches qui étaient même inquiet-es que cela soit détruit quand ils nous ont vu-es au démarrage du chantier», relate Léo Poulet.

Cette opération d'aménagement de skatepark s'intègre dans la volonté de la Ville d'offrir davantage de lieux dédiés à la glisse urbaine. D'autres projets viendront bientôt le confirmer.