Précarité : quand la pause s’impose

Par Auriane Poillet

publié le 8 janv. 2024

Article

Solidarités

© Auriane Poillet

Située le long de la rue Abbé-Grégoire, la Petite Pause ouvre à nouveau ses portes à toute personne dans le besoin, les samedis et dimanches après-midi de 13 h 30 à 17 h 30.

Mis à disposition par le CCAS (Centre Communal d'Action Sociale) de Grenoble, la gestion et l'animation des locaux de la Petite Pause sont pris en charge par l'association Le Fournil et ses bénévoles.

L'espace vient en complément des autres lieux d'accueil de jour ouverts en semaine. «Le but est de pouvoir accueillir n'importe quel public : personnes isolées, femmes, enfants... en errance ou en besoin de lien social. L'accueil est inconditionnel», explique Céline Faure, directrice déléguée à la Direction Lutte contre la pauvreté et la précarité.

Ici, les personnes peuvent venir se reposer, se réchauffer, prendre une boisson chaude, échanger des informations utiles, mais aussi participer à des animations autour du jeu si elles le souhaitent. «Cela dépend des présences et des envies mais il y a une volonté d'animer et de créer de la convivialité.»

Pour le Fournil, dont les locaux se trouvent quai de la Graille, c'est aussi l'occasion de rencontrer les personnes le week-end, de créer d'autres liens dans un autre contexte. La Petite Pause ouvre également ses portes en été pour permettre aux plus fragiles de trouver un peu de fraîcheur lors des fortes chaleurs. Cet été, le lieu a comptabilisé 807 passages dont 42% d'hommes seuls.

Infos pratiques

  • Adresse1, rue Pauline-Léon

c'est où ?