Pendant le chantier de la tour Perret, la vie continue

Par Auriane Poillet

publié le 8 janv. 2024

Article

Environnement

Le faucon pèlerin, hôte régulier du sommet de la tour Perret.

© Christian Aussaguel - LPO France

Le chantier hors normes de restauration de la tour Perret, dans le parc Paul-Mistral, fait l’objet de toutes les précautions. Notamment pour préserver la biodiversité au maximum pendant toute la durée des travaux.

La période de fermeture de la tour Perret, une soixantaine d'années, avait permis à la faune sauvage de prendre possession des lieux. On y observe des chauves-souris, des hirondelles de rochers ou même des faucons pèlerins. La Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) a été missionnée dès 2020 pour faire en sorte que les travaux n'impactent pas les individus présents et pour s'assurer de leur suivi.

Protéger, remplacer les nids

Toutes les espèces identifiées dans et autour de la tour présentent des enjeux de conservation à l'échelle de la ville et sont concernées par un statut de protection à l'échelle nationale. Au vu de ces enjeux, des mesures préconisées par la LPO ont été prises par la Ville de Grenoble. Les échafaudages seront par exemple installés avant la saison de nidification des hirondelles en 2025.

En période de reproduction, l'accès aux nids occupés sera aussi garanti. Des nichoirs à chauve-souris ont été installés sur la palissade de sécurisation du chantier de la tour Perret. Des nids artificiels seront installés sur les échafaudages pour les hirondelles.

Et le nid du faucon pèlerin a été déménagé sur le toit de l'Hôtel de Ville en cette fin d'année. Une attention particulière est également portée à la pollution lumineuse. La LPO vérifiera le respect de ces mesures tout au long du chantier.

à lire en complément