Écoles occupées : plus aucun enfant à la rue !

Par Groupe « Nouvel Air, socialistes et apparentés »

publié le 1 mars 2024

Article

Tribunes Politiques

En octobre dernier, l'UNICEF recensait 2 822 enfants – dont 686 de moins de 3 ans – restés sans solution d'hébergement malgré les demandes de leurs familles au 115, faute de places disponibles ou adaptées pour les accueillir. À Grenoble, ils seraient pas moins de 250 !

Derrière ces chiffres, il y a la terrible réalité d'enfants dont les droits fondamentaux sont bafoués. Des enfants confrontés dès le plus jeune âge à la grande pauvreté et au sans-abrisme. Des enfants qui se retrouvent pénalisés dans leur scolarité, leur développement, leur santé...

Pour répondre à l'urgence, dans les écoles de notre ville, la solidarité s'organise entre collectifs de parents, enseignants et militants associatifs. Ils se relaient auprès des familles, leur apportent soutien, vêtements, jouets, livres et nourriture, les assistent et les accompagnent du mieux possible dans leurs démarches administratives. Les établissements scolaires se transforment, soirs et week-ends, en refuges improvisés pour offrir un toit à celles et ceux qui en sont dépourvus, leur permettre de dormir au chaud, tentant ainsi de leur rendre un peu de dignité.

Notre groupe tient à nouveau à réaffirmer son soutien à ces élans de solidarité et de générosité, et à saluer l'engagement ainsi que l'abnégation des militants, des parents, des enseignants qui ne se résignent pas à accepter l'inacceptable.

Une école ne devrait jamais se transformer en solution d'hébergement d'urgence, mais devrait rester un havre de paix, un lieu de transmission des savoirs et un vecteur d'émancipation pour les enfants. Nous appelons à la création d'un groupe de travail réunissant tous les acteurs du logement, de l'enfance et de l'éducation, pour avancer rapidement et trouver des solutions.

Par ailleurs, alors que 2,5 millions de ménages sont en attente d'un logement social en France, il est urgent de prendre des mesures structurelles. Or, les moyens restent largement insuffisants pour répondre à cette urgence sociale et le Gouvernement n'est malheureusement pas au rendez-vous de ses engagements. Nous demandons donc la hausse immédiate du nombre de places d'hébergement et une politique ambitieuse du logement pour que chacune et chacun puisse se loger dignement.

Romain GENTIL, Cécile CENATIEMPO, Hassen BOUZEGHOUB

Contact : groupe.nasa@grenoble.fr