La vidéoprotection à Grenoble, vite !

Par Groupe « Nouveau Regard »

publié le 1 mars 2024

Article

Tribunes Politiques

Depuis quelques mois, notre territoire est à la pointe de l'innovation en matière de vidéoprotection : la métropole a mis en place une plateforme cartographique interactive de vidéoprotection cartographiant les caméras de surveillance du territoire.

Il s'agit là d'un formidable outil pour les enquêteurs de la police et de la gendarmerie car il leur permet dans le cadre d'une enquête judiciaire pour un crime ou un délit d'obtenir rapidement les informations sur ces caméras comme les coordonnées du propriétaire ou la durée de conservation des enregistrements et ainsi d'accéder au contenu des caméras après avoir formulé en ligne une réquisition judiciaire.

Procureur de la République, préfet, DDSP, tout le monde salue cette innovation inédite en France qui, après 6 mois de fonctionnement, est un succès comme en témoigne l'augmentation de 450 % des réquisitions.

Si la majorité a donné son accord pour l'intégration des caméras dans le dispositif, leur faible nombre ne permettra pas de faire de miracle ! Faciliter le travail des forces de l'ordre et éviter le développement de zones de délinquance devraient pourtant être une des priorités de la majorité d'autant que la sécurité est l'une des principales préoccupations des Grenoblois.

Pourquoi se priver d'un « outil efficace pour lutter contre la délinquance » se demandait la directrice départementale de la sécurité publique dans une interview en 2020.

De nombreuses communes de la métropole ont compris l'intérêt de la vidéoprotection et installent de nouvelles caméras.

Actuellement 1 000 caméras filment l'espace public métropolitain dont 80 appartiennent à la Ville de Grenoble. 80, c'est le nombre de caméras qui seront installées à Pont-de-Claix, 10 000 habitants, d'ici fin 2025 !

Installer des caméras dans la mairie pour protéger les agents comme l'a décidé la majorité, c'est bien mais installer des caméras sur le domaine public est une nécessité en les couplant à un centre de supervision comme nous le proposons depuis le début du mandat.

Émilie CHALAS et Delphine Bense

contact@nouveauregard-grenoble.fr

https://nouveauregard-grenoble.fr