Prix Louis Blum : la réalisatrice Sophie Nahum récompensée

Par Annabel Brot

publié le 1 mars 2024

Article

Patrimoine et Histoire

© Jean-Sébastien Faure

Réalisatrice et productrice de films documentaires, Sophie Nahum donne à entendre la parole d’ancien-nes déporté-es avec la série Les Derniers. Un projet engagé, indépendant et novateur, qu’elle a choisi de diffuser librement sur Internet pour toucher un très large public.

Depuis plus de vingt ans, Sophie Nahum aime se frotter à «des questions complexes, austères pour les rendre accessibles en trouvant un angle inattendu qui s'appuie sur le témoignage». Une curiosité insatiable, doublée d'un goût marqué pour la prise de risque et la liberté, l'entraîne d'abord à New York où elle
apprend «les aspects concrets du métier de réalisatrice».

De retour à Paris, elle travaille pour des sociétés de production en traitant des «sujets de société à contre-courant» comme les biotechnologies, la prostitution...

Innovation

En 2015, elle se lance dans son premier projet indépendant. Son objectif : «Parler de la Shoah en profitant de la liberté que donne Internet pour m'affranchir de l'approche habituelle des chaînes de télé qui n'est jamais en lien avec le présent !» Elle réalise et produit Young et moi, un documentaire retraçant la vie du champion de boxe juif tunisien Victor «Young» Perez, qui a été déporté à Auschwitz.

«L'idée était de marcher sur ses traces en interrogeant ceux qui l'ont connu pour parler aux jeunes de manière humaine et concrète.» Ces contacts sont le point de départ d'une réalisation ambitieuse à l'ampleur et à la forme inédites. «J'ai rencontré des déporté-es et j'ai pensé : il y a beaucoup à dire sur l'après, comment on construit sa vie, quel regard on porte sur le monde d'aujourd'hui...»

Intitulée Les Derniers, la série documentaire qu'elle initie en 2017 compte à présent plus d'une centaine de témoignages. Des épisodes d'une quinzaine de minutes, filmés «en mode découverte sans rencontre préalable pour préserver la spontanéité. Beaucoup de gens disent des choses pour la première fois, on leur offre l'occasion de se raconter : c'est leur ressenti, le récit personnel qui est intéressant !»

Transmission

Conçue comme «un message pour les jeunes générations qui met en avant la résilience et refuse toute victimisation», la série s'appuie sur un modede diffusion  résolument grand public. En effet, elle est en libre accès sur les réseaux sociaux et Internet via une plateforme qui permet de faire des recherches par thèmes, dates et mots-clefs, offrant ainsi aux enseignant-es un support vivant et adapté.

Pour cette initiative remarquable, audacieuse et salutaire, la réalisatrice a reçu en janvier dernier le prix Louis-Blum : décerné par le CRIF (Conseil Représentatif des Institutions juives de France) Grenoble-Dauphiné et la Ville de Grenoble, il récompense une personnalité de son engagement contre le racisme et l'antisémitisme.

«C'est un bel encouragement car les démarches de vulgarisation sont souvent prises de haut !» Sophie Nahum poursuit aujourd'hui sa collecte de parole pour Les Derniers tout en songeant à d'autres grands événements racontés par leurs témoins : la guerre au Rwanda, la révolution en Iran, le génocide de Pol-Pot...

Infos pratiques