Interview : femmes inspirantes

Par Annabel Brot

publié le 27 mai 2024

Article

Solidarités

Clarisse Coulomb

© DR

A l’occasion du colloque Femmes, Matrimoine et Révolution, Clarisse Coulomb intervient sur « Les femmes dans les histoires de villes de la fin du 18e siècle ». Elle rappelle pourquoi et comment elles occupaient alors une place importante dans la mémoire collective avant d’en être exclues.

Historienne et maîtresse de conférences à l’UGA (Université Grenoble Alpes),  Clarisse Coulomb est spécialiste de la Révolution en Dauphiné. Elle s’intéresse plus spécifiquement à l’Histoire des territoires pour la mettre en contexte avec l’Histoire de France, interroger la façon dont elle s’écrit et mieux comprendre comment se construit la mémoire individuelle et collective.

Héroïnes locales

Elle aborde une période qui va du milieu du 18ème au début de 19ème siècle. « A partir de 1750, on voit apparaitre un genre littéraire nouveau qui rencontre un très grand succès : les Panthéons locaux. Ils sont consacrés à l’Histoire des villes et des provinces, et témoignent de la lutte contre la centralisation monarchique et pour la défense des libertés locales héritées du Moyen-âge qui s’affirme alors. A la Révolution, ils sont repris par la tradition républicaine qui entend ainsi honorer des citoyens et citoyennes méritant-es. »

Mettant en avant des personnalités marquantes de toutes les époques, ces écrits se présentent sous forme de galeries de portraits où l’on trouve surtout des hommes illustres… mais aussi des femmes ! Ces ouvrages alors très en vogue proposent en effet de nombreux focus sur des écrivaines, des femmes ayant joué un rôle important dans la vie politique locale durant différents épisodes comme les guerres de religion, la Fronde…

« Cette floraison littéraire est très peu connue ! D’où l’intérêt de faire redécouvrir toutes ces héroïnes qu’on appellerait aujourd’hui des femmes inspirantes : des sortes de modèles féminins invitant à l’engagement, l’action… et l’épanouissement ! ».

Rappeler que durant cette « parenthèse » qui se referme après la Révolution avec l’Empire et le code napoléonien (1804), l’Histoire s’est écrite et transmise en prenant en compte la place des femmes permettra aussi de s’interroger sur « le processus d’invisibilisation qui s’enclenche au début du 19ème siècle… et qui perdure encore aujourd’hui ! ».

Infos pratiques

  • Horaires / Durée« Les femmes dans les histoires de villes de la fin du 18e : un matrimoine historiographique »
    Colloque : Femmes, Matrimoine et Révolution.
    Le 14 juin, de 8h à 12h et de 14h à 18h.
  • Site webhttps://cihrf.info/blog/colloquematrimoine/
  • LieuAuditorium musée de Grenoble - 5 place de Lavalette

c'est où ?